Contes pour tous et pour tous âges.

Nouveaux lieux de racontée

 

Un journaliste les présentait récemment ainsi : À la retraite ou en préretraite, elles racontent des histoires dans des crèches et des écoles, des EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) ou des cafés associatifs, rompant l’isolement, tissant des liens entre générations : ce sont les conteuses de l’association Ressac Volontariat.

 

Le secteur « contes pour tous » de Ressac progresse : au 2èmesemestre les conteuses et conteurs ont répondu à 8 nouveaux lieux de racontée et recruté de nouveaux bénévoles.

Ces racontées sont l’occasion de belles rencontres vers des publics de tous âges : dans les crèches comme celle de la rue Delbet dans le 14è arrondissement, des écoles, des EPHAD, mais aussi au chevet des malades comme à l’hôpital Beaujon.

Les rencontres intergénérationnelles sont au cœur de la démarche de RESSAC VOLONTARIAT.

 

Quelques témoignages

 

A l’école François Coppé dans le 15è :

« Lundi 17 décembre, des conteuses sont venues pour nous raconter des histoires. Voici les histoires qu’elles avaient choisies : Michka, Le grain de riz, les rissoles de Noël, Pourquoi les sapins ne perdent pas leurs feuilles, Les lutins cordonniers, Hansel et Gretel, Le Noël des paysans, Marouchka.

Les conteuses ont raconté leurs histoires et on voyait qu’elles en avaient déjà raconté beaucoup, mais pour certains enfants il y avait des mots compliqués. Les conteuses ont raconté des histoires qui s’adaptaient aux différents niveaux des élèves, il y avait des histoires pour tous. On voyait qu’elles avaient appris leurs textes, et elles mettaient le ton quand elles parlaient, c’était très agréable à entendre et à écouter »

Antoine et Alice CM2

Cet article est paru dans le journal de l’école élémentaire François Coppée dans le 15èmearrdtoù une équipe de 3 conteuses et d’un conteur de Ressac ont raconté des contes de Noël à tous les enfants de l’école : 10 classes, 250 enfants environ.

 

l'école élémentaire située en zep dans le 14ème,

Dans une classe de CP située en zone d’éducation prioritaire dans le 14èmearrdt, un conteur et une conteuse de Ressac racontent auprès de 2 classes dédoublées, environ 24 enfants en tout.

Le retour d’une enseignante :

« Bonsoir, un grand merci pour votre venue, les enfants ont adoré ! Vote à quasi l’unanimité pour l’histoire de la sorcière…on l’a racontée à nouveau, ils l’avaient très bien mémorisée et j’ai pu travailler le vocabulaire avec eux. Mon collègue très content aussi et épaté de l’attention des élèves…nous sommes conquis avec mon collègue autant que les élèves… nous comptons les jours en classe d’ici votre venue, les enfants vous attendent !! »

 

 

 

En crèche, les conteuses sont émerveillées par l’attention des tout petits et du calme qui règne pendant qu’elles racontent.

Une nouvelle expérience pour les conteurs de Ressac à la crèche Broussais dans le 14èmearrdt. Un conteur et deux conteuses ont conté auprès du personnel de trois crèches familiales de la ville de Paris, à leur demande, lors d’une journée de formation.

« C’était nouveau et très enrichissant pour nous. On vous entend quand vous racontez aux enfants de la crèche mais on n’imaginait pas ce que sont les contes pour adultes. On vous aurait écouté toute la journée… ! »

Ces « sacs à histoires » ont été fabriqués et offerts aux conteuses  par Irène, membre du personnel de la crèche Broussais

 

 

 

 

Des racontées sont également proposées dans un établissement de L’Association « Les Tout-Petits »qui accueille des enfants handicapés dans le village des Mesnuls (78).

Egalement à des enfant et adultes migrants au centre d’hébergement d’urgence Aurore au Bastion de Bercy.

Au chevet des malades

Autre témoignage à l’hôpital Beaujon auprès de malades atteints de cancer du pancréas.

Le 5 décembre 2 conteuses de Ressac ont raconté « au chevet » c’est-à-dire dans 4 chambres de malades avec l’appui de la psychologue qui avait sélectionné et motivé les patients et de l’assistante sociale.

 

A la fin de la racontée, un des patients s’adresse à la psychologue : « J’étais contre mais vous avez insisté et vous avez bien fait. J’ai pu partir, voyager … passer le cap de Bonne Espérance… le puissant n’a pas tenu parole…le jeune qui était pauvre a pu devenir un capitaine célèbre. Merci de m’avoir permis de partir, de rêver… »

 

Les conteuses, très émues, ont reçu cette réaction « comme un cadeau ».

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *