Scène ouverte du conte au « Moulin à café »

Le 5 mars 2016, c’était la première scène ouverte du conte au Moulin à café.

moulin-a-cafeDès 19h, Mathilde Van Den Boom, l’instigatrice de cette soirée, et certains de ses amis conteurs, quatre conteuses de RESSAC étaient présents pour se rencontrer et se régaler de la cuisine d’Anna : la soupe à la betterave a eu un grand succès, sans oublier les assiettes de crudités, les délicieux clafoutis et gâteaux au chocolat… Des habitués du café, avec des enfants, sont aussi venus dîner, puis participer à l’animation.

A 20h15, Eddy Le Breton, gestionnaire du café, a tiré les grands rideaux gris, allumé les projecteurs et annoncé que bientôt commencerait la « Première scène ouverte du conte » au Moulin à café. C’est Mathilde qui a fait l’ouverture : chacun, chacune interviendrait quand il le voudrait, un conte en appellerait un autre tout simplement, tout naturellement…

Et tout s’est passé comme elle l’a dit.

Façonner un monde nouveau en le rêvant

Elle nous a, dans une première histoire, invités à façonner un monde nouveau en le rêvant, en le contant. Séverine Andreu (dont le beau spectacle sur Edith Piaf a été présenté au festival d’Avignon en 2015) a enchaîné sur Samantha, la petite dragonne, c’est-à-dire elle-même, que la malédiction d’un horrible dragon rouge transforma en une petite fille que ses parents appelèrent Séverine. Un jeune flûtiste nous a entraînés au Mexique : comment les Indiens racontent la belle et indispensable diversité du monde. Des magnifiques couleurs du monde, on est passé à celles des tapis persans.

Danièle Valentin a raconté « Le chanteur de tapis », un conte de Luda. Avec Janine Roy, de l’Age d’Or, nous sommes allés au Japon à la rencontre d’un vieux sage, dont la ruse a permis de sauver de la mort les habitants d’un village emporté par un tsunami. Ce village de pêcheurs a rappelé à Christiane Gufflet l’histoire de la petite Hanoko, qui fait d’un châtaignier un ami qui lui viendra en aide… Marie-Claude Decloux nous a emmenés dans un autre village, celui des deux vieux qui ne possèdent qu’une chèvre. L’humour et le côté un peu fantastique de ce conte ont entraîné Patrick Crespel, qui anime le site « Cabaret Contes », dans l’histoire de Finfin, qui n’est justement pas très fin et d’un malencontreux cadavre dont différents protagonistes tentent de se débarrasser… Mathilde nous a émus avec l’histoire de deux amoureux qui sacrifient chacun ce qui est pour eux le plus important pour faire à l’autre un cadeau digne de fêter leurs noces de coquelicot.

Les enfants étant discrètement partis se coucher, Janine Roy a raconté un conte médiéval plus coquin. La soirée s’est terminée en beauté avec Charles Piquion, conteur professionnel qui nous a émus, nous a fait rire, etc. avec l’histoire de Hassan le cordonnier, une histoire que beaucoup d’entre nous connaissaient, mais que nous avons eu l’impression d’entendre pour la première fois.

Une heure trois quart de contes, neuf conteurs, des spectateurs attentifs…

Nous vous préviendrons quand aura lieu la prochaine scène ouverte du conte au Moulin à café, car cela est certain, il y en aura d’autres.
Moulin a parolesMoulin a parolesMoulin a parolesMoulin a paroles
Nous avions déjà conté au Moulin à café, le plus souvent à l’occasion de manifestations festives organisées par la section locale d’Artisans du Monde : Voir l’article

Share

Une réflexion au sujet de « Scène ouverte du conte au « Moulin à café » »

  1. Oui prévenez nous pour les prochaines scènes ouvertes , et Bravo : séniors au coeur de la cité , ne sont pas de vains mots !

    Rolande

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *